Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

L'anniversaire de Leila, un film de Rashid Masharawi

Dans les salles depuis le 22 juillet 2009 et au cinéma Le Club, Grenoble  >> voir les horaires <<

L'anniversaire de Leila

 

Film palestino-tuniso-norvégien de Rashid Masharawi



RÉSUMÉ DU FILM :

Pour le septième anniversaire de sa fille, Abu Leïla ne désire qu'une chose : rentrer pour une fois de bonne heure à la maison afin de partager cette soirée en famille. Mais rien n'est moins simple pour cet ancien juge qui, alors qu'il rentrait en Palestine avec la ferme volonté d'aider son pays à sa reconstruction, a dû se reconvertir en chauffeur de taxi. Confronté à l'irrationalité et le manque d'organisation de la société palestinienne, notre juge devra entreprendre un long et pénible chemin, véritable parcours du combattant, pour finalement retrouver sa maison.


LA  CRITIQUE DE TELARAMA :


On connaissait l'humour juif. Il faut croire que l'humour palestinien n'est pas mal non plus.

Soit Abu, un conducteur de taxi qui s'est promis de revenir plus tôt à la maison pour fêter l'anniversaire de sa fille. Sauf que sa journée va être infernale... Avec ses lunettes d'intello crispé et sa chemise impeccable, Abu n'a pas vraiment la gueule de l'emploi. Du reste, il est juge : comme tout est confus dans cette Palestine en chantier, il s'est reconverti en taxi, faute de mieux. Un curieux conducteur, qui refuse de se rendre aux
checkpoints, n'accepte pas qu'on fume dans son taxi, exige que ses clients mettent la ceinture de sécurité. Tatillon, raide (comme la Justice !), limite rigoriste, cet Abu. Vu le chaos ambiant, sa tâche tient d'une mission, qui produit inévitablement des effets de loufoquerie dignes de Don Quichotte.

Grâce à ce guide insolite, on traverse la ville, on croise ses habitants le temps d'une course, on prend la température de la région. La balade est truculente, absurde, parfois violente – une roquette traverse un autre taxi. Douce aussi, lorsque les façades défilent sur une mélopée arabe. Le film reflète les frustrations comme les désirs contradictoires d'une population divisée par l'occupation israélienne.

D'où un pétage de plombs irrésistible au cours duquel, mégaphone à la main, le juge-taxi s'en prend à la fois aux hélicos de Tsahal, aux miliciens palestiniens armés jusqu'aux dents, aux automobilistes qui ne respectent pas le code de la route. Malgré tout, l'espoir est permis : la fille d'Abu fête ses 7 ans. La Palestine aussi atteindra son âge de raison.

Jacques Morice, Télérama, Samedi 25 juillet 2009

 


02/08/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres