Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

"Etre Gazaoui aujourd'hui", un texte de Ziad Medoukh-Gaza . 16 Nov. 2009

 

Voir aussi  au sujet de Ziad Medoukh - Gaza :
>>  Un recueil de poèmes de Ziad Medoukh: "J'enseigne la paix à Gaza"

>>  Débat à l'université de Grenoble : "La résistance par la non-violence en Palestine" avec Ziad Medoukh

>> "De la liberté à la prison, de l'entourage à l'isolement" , par Ziad Medoukh-Gaza (28 octobre 2009)


 

Etre Gazaoui  aujourd'hui


par Ziad Medoukh, Université de Gaza- Département de français,   et Centre de la Paix de Gaza.   16 novembre 2009

 

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est  subir une vie très difficile à tous les niveaux.

Etre Gazoui aujourd'hui   c'est  voir tout  paralysé dans la bande de Gaza.

Etre Gazoui aujourd'hui   c'est constater la disparition du sourire sur les lèvres de nos enfants.

Etre Gazoui aujourd'hui   c'est  voir la vie en noir et pas en rose.

Etre Gazoui aujourd'hui   c'est  remarquer que 80% de sa population est en chômage.

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est supporter une situation très délicate qui touche un million et demi d'une population civile.

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est subir un blocus imposé depuis plus de 3 ans par l'armée israélienne et la communauté  internationale contre des citoyens civils.

 

Etre Gazoui aujourd'hui   c'est  supporter  l'insupportable .

Etre Gazoui aujourd'hui   c'est  vivre une vie anormale .

Etre Gazoui aujourd'hui   c'est souffrir et souffrir et souffrir.

Etre un enfant  Gazoui aujourd'hui    c'est oublier les jeux, les loisirs et aller dans des classes détruites et  des écoles touchées par les bombardements israéliens .

 

Etre un jeune Gazaoui aujourd'hui   c'est perdre toutes les perspectives et tous les éléments de l'espoir .

Etre une mère Gazouite aujourd'hui   c'est  travailler dur pour élever ses enfants dans des conditions très difficiles.

Etre Gazoui aujourd'hui   c'est  lutter contre le désespoir total qui règne dans la bande de Gaza.

Etre un paysan Gazoui aujourd'hui   c'est  ne pas avoir le droit d'aller travailler sa terre et de cultiver  ses champs.

Etre un pêcheur Gazoui aujourd'hui   c'est ne pas dépasser 400 mètres dans la plage de Gaza.

Etre une famille Gazouite aujourd'hui   c'est  souffrir de coupure permanente d'électricité.

Etre  un universitaire Gazoui aujourd'hui   c'est rester enfermé dans son université sans aucune chance de participer à des colloques à des séminaires à l'étranger .

Etre un étudiant Gazaoui aujourd'hui   c'est être interdit d'aller poursuivre ses études à l'étranger .

 

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est  vivre des aides alimentaires distribuées par des organisations humanitaires .

Etre un commerçant Gazaoui aujourd'hui   c'est  ne pas trouver assez de produits de marchandises pour les présenter dans son magasin.

Etre Gazoui aujourd'hui   c'est  vivre une catastrophe humanitaire.

Etre un patient Gazaoui   c'est  ne pas trouver un médicament dans les hôpitaux et les pharmacies et les centres médicaux.

Etre un malade Gazaoui   c'est attendre la mort longue vu l'interdiction d'aller se soigner à l'étranger.

Etre un jeune Gazaoui   c'est oublier les voyages, les rencontres et l'ouverture sur le monde extérieur.

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est  ''célébrer''  le premier anniversaire de la dernière agression israélienne contre la population civile de la bande de Gaza en décembre 2008/ janvier 2009.

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est  défier le blocus par le recours à tous les moyens pour s'adapter avec le contexte particulier.

Etre un consommateur Gazaoui aujourd'hui   c'est acheter un kilo de sardine à Gaza la ville méditerranéenne   à plus de 10 euros.

Etre un consommateur Gazaoui aujourd'hui   c'est  ne pas trouver beaucoup de produits alimentaires dans les marchés de Gaza , ou d'être obligé à les acheter à un prix très élevé.

Etre un citoyen Gazaoui   c'est  souffrir des conséquences de la division entre les différents partis politiques palestiniens .

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est  voir 20 000 habitants vivent dans des tantes après la destruction de leur maisons par l'armée israélienne et tous les matériaux de construction sont interdits d'entrer la bande de Gaza par ordre militaire israélien.

Etre  un médecin Gazaoui   c'est  travailler dans des conditions difficiles dans des hôpitaux avec des appareils médicaux souvent en panne.

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est vivre enfermé , isolé sans aucun contact avec le monde extérieur sauf via Internet et le téléphone.

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est pas seulement souffrir de manque de l'eau mais boire de l'eau imbuvable.

Etre Gazaoui aujourd'hui  c'est vivre à côté de ruines des maisons , des écoles, des mosquées et des bâtiments détruits par les bombardements aveugles d'une armée qui déteste la vie et la lumière.

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est voir le silence complice de la communauté internationale qui ne bouge pas pour arrêter sa souffrance.

 

Mais être Gazaoui aujourd'hui   c'est résister et  résister contre l'oubli, contre le blocus et pour un avenir meilleur .

 

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est  rêver car il ne reste rien pour les Gazaouis que rêver et espérer.          

 

Etre Gazaoui aujourd'hui   c'est  garder malgré tout  espoir  d'un lendemain de paix et de liberté .

 

CONTACTS :

Dr. Ziad Medoukh,  Département de français  Université Al-Aqsa. Gaza.  Palestine. PO Box 4051.

courriel : aqsafrancais@yahoo.fr

 




16/11/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 124 autres membres