Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Eté 2009 : les bateaux de Free Gaza vont-ils réussir à briser le blocus imposé par la Marine de guerre d'Israël ?

à voir,   >> freegaza.org  <<

En descendant  dans  cette page , les  dernières nouvelles  de Free Gaza :
6 juin : la "Flotte de l'Espoir" se prépare, pour tenter de briser  le blocus de Gaza
25 juin , "
Nous n'avons pas quitté Chypre aujourd'hui"
30 juin 11h :   " Le « Spirit of Humanity » intercepté par la marine israélienne
30 juin 17h : Israël attaque le bateau, kidnappe les défenseurs des droits de l'homme, et confisque  médicaments, jouets et oliviers.
2 juillet, 17h : freegaza.org de nouveau accessible, voici leurs infos du 1er juillet à 17h
3 juillet : Le représentant de l'ONU, Richard Falk dénonce la saisie illégale du bateau.  De sa cellule en Israël, un message audio de Cynthia Mc Kinney  (en anglais).
04 Juillet  :  Entretien avec un passager kidnappé,  emprisonné en  Israël
6 juillet : Vidéo, en français : Gaza, la plus grande prison  du  monde  >> à voir ici  <<



Si vous ne voyez pas le sous-titrage en français, cliquez sur l'icône à droite de l'icône "son"



Samedi, 06 Juin 2009 Écrit par Greta Berlin
Le Free Gaza Movement annonce le SUMMER OF HOPE (Été de l'espoir) : trois traversées... le 25 juin, le 14 juillet et le 22 août, notre traversée anniversaire. La première traversée est déjà complète.
Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix, Cynthia McKinney, ancienne membre du congrès américain, Hedy Epstein, survivante de l'holocauste âgée de 84 ans, vont embarquer avec d'autres passagers de 17 pays dont Bahreïn, Koweit et Qatar. La plus âgée des passagers a 84 ans et le plus jeune 23 ans.





Communiqué du Free Gaza Movement,
(le 25 juin 2009, à Larnaca,   Chypre )

Nous n'avons pas quitté Chypre aujourd'hui

Ce n'est pas la déclaration que le Free Gaza Movement avait l'intention de publier aujourd'hui. Nous avions espéré annoncer que nos deux bateaux, le Free Gaza et le Spirit of Humanity, avaient quitté le port de Larnaca pour un voyage de 30 heures pour Gaza assiégée, amenant des militants des droits humains qui ont sont venus du monde entier jusqu'à Chypre pour cette traversée, trois tonnes d'aide médicale, 15 tonnes de ciment et des matériaux de reconstruction tant nécessaire.

Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix, retournant à Gaza pour une deuxième fois à bord d'un de nos bateaux, a dit: "Nous devons dire [aux gazaouis] que nous ne les avons pas oublié et nous ne les oublierons pas."

C'était notre espoir, mais ça ne s'est pas passé comme ça.

En fin de compte, nos bateaux n'ont pas obtenu l'autorisation de partir aujourd'hui, dû à l'inquiétude pour notre bien-être et notre sécurité. Nos amis à Chypre nous disent que le voyage à Gaza est trop dangereux et ils sont inquiets qu'il nous arrive quelque-chose en mer.

Pendant ces dix derniers mois, Chypre a été un foyer merveilleux pour le Free Gaza Movement. Les chypriotes ont une expérience directe des conséquences terribles de l'occupation. Ils connaissaient également la souffrance due à la violence, l'injustice et l'exil. Depuis notre premier voyage pour briser le siège de Gaza, les autorités chypriotes ont aidé et compris nos objectives et intentions.

Le voyage à Gaza est dangereux. L'armée israélienne a éperonné notre bateau phare, le Dignity, lors de son assaut vicieux en décembre/janvier alors que nous essayions de livrer de l'aide médicale. Israël a déjà menacé d'ouvrir le feu sur nos bateaux non-armés plutôt que de nous laisser livrer des approvisionnements humanitaires et des matériaux de construction aux gazaouis.

Les risques que nous prenons sont minuscules comparés aux risques imposés aux  gazaouis quotidiennement.

L'objectif de l'action directe non-violente et de résistance civile est de prendre des risques - se mettre en travers de l'injustice. Nous prenons ces risques connaissant très bien les possibles conséquences. Nous le faisons car les conséquences de ne rien faire sont bien plus terribles. Chaque fois que nous permettons que l'on nous intimide, chaque fois que nous passons à côté du mal et que nous l'ignorons, nous abaissons nos standards et nous permettons que notre monde devienne plus dur pour nous tous.

En plus des inquiétudes exprimées par nos amis chypriotes aujourd'hui, le consulat américain de Nicosia nous a prévenu de ne pas aller à Gaza, déclarant que:

"...(Le) Ministère Israélien des Affaires Étrangères a informé les officiels américains à Tel Aviv qu'Israël considère toujours Gaza comme une zone de conflit et que tout bateau de Free Gaza essayant de naviguer vers la Bande de Gaza ne sera pas "autorisé" à arriver à destination".

L'ancienne membre du Congrès et candidate présidentielle, Cynthia McKinney a répondu à cet avertissement en expliquant que "La Maison Blanche dit que le ciment et l'aide médicale doivent entrer dans Gaza et c'est exactement ce que nous essayons d'amener à Gaza".

"Au lieu de nous citer la politique d'Israël," a continué McKinney, "...les U.S.A. devrait envoyer un message à Israël réaffirmant la position connue de la Maison Blanche, qui est que le blocus de Gaza doit être diminué, que l'aide médicale et les matériaux de construction, incluant le ciment, doivent avoir la permission d'entrer. Les bateaux du Free Gaza Movement doivent avoir la permission d'arriver à destination, voyageant dans les eaux territoriales de Chypre et directement dans les eaux territoriales de Gaza".

"Le département d'État a choisi de nous avertir de prendre la notification d'Israël au sérieux. Notre question est la suivante: Peut-on prendre le président Obama au sérieux? Va-t-il rester fidèle à sa parole et nous autoriser à amener de l'aide à Gaza ou va-t-il se rétracter?"

Demain, nous remettrons un communiqué, signé par nous tous qui allons à Gaza, dans lequel nous déclarons que Chypre n'est pas responsable de notre sécurité. Nous aimerions dire à nos amis ici à Chypre que bien que nous comprenions leurs préoccupations, nous ne rebrousserons pas chemin face aux menaces et à l'intimidation d'Israël.


Mardi 30 Juin, 11h
Le « Spirit of Humanity » intercepté par la marine israélienne

Leyla Jad
 
Le bateau « Spirit of Humanity » tentait d'atteindre Gaza avec du matériel médical pour la population de Gaza prise au piège du blocus israélien et des personnalités et militants de défense des droits humains. Des navires de guerres l'ont intercepté au large de la Bande de Gaza, mardi matin.

Le bateau avait quitté le port de Larnaca, à Chypres, lundi matin. Il devrait arriver dans la bande côtière aujourd'hui. 21 militants de droits de l'homme sont à son bord, y compris le prix Nobel Mairead Maguire et l'ancienne députée au Congrès U.S. Cynthia McKinney.

La marine israélienne a approché « Spirit of Humanity » à 1h40 du matin, et a menacé d'ouvrir le feu si le bateau n'aurait pas fait demi-tour. Les activistes ne se sont pas laissés intimider et les forces israéliennes ont commencé à brouiller les GPS, les radars et le système de navigation, ceci en violation directe du droit matitime international.

Huwaida Arraf, présidente du Free Gaza Movement, parlait au téléphone avec les canonnières israéliennes : « Vous ne pouvez pas ouvrir le feu sur des civils non-armés. »

La députée McKinney a affirmé : « Je suis furieuse. Nous exigeons que le gouvernement israélien rappellent leurs chiens d'attaque. Nous sommes des civils non-armés à bord d'un bateau non-armé amenant de l'aide médicale et de l'aide pour la reconstruction à d'autres êtres humains à Gaza. Pour l'amour du ciel, pourquoi Israël voudrait nous attaquer ? »

Il y a une demi heure (8.45 heure à Paris) l'équipage a envoyé un message, déclarant d'être encore entouré par cinq navires de guerre israéliens qui leur ordonneraient de faire marche arrière.

« Cette aide est absolument nécessaire pour la population de Gaza », a déclaré Maguire. « Le président Obama a appelé les Palestiniens à renoncer à la violence, mais Israël leur refuse le droit de résister de façon non-violente au siège de Gaza. »

Huwaida Arraf a souligné : « Nous ne cherchons pas une confrontation. Nous avons voyagé à travers des eaux chypriotes, nous sommes entrées dans des eaux internationales et nous entrerons dans les eaux de Gaza. Nous n'avons pas été en Israël. Le blocus israélien sur la bande de Gaza est un acte de punition collective et une violation flagrante du droit international. Nous appelons nos gouvernements à prendre des mesures pour respecter leurs obligations en vertu de la quatrième Convention de Genève. Si ils ne le feront pas, ou jusqu'à ce quand ils ne le feront pas, nous agirons. Nous viendrons à Gaza, encore et encore, jusqu'à ce que ce siège brutal sera cassé. Nous invitons les bonnes personnes du monde entier à se joindre à nous. »

Pour plus d'informations :

Greta Berlin (Anglais/ Français) ou Caoimhe Butterly (Anglais/Arabe/Espagnol) au 00357 99 081 767 / friends@freegaza.org

Pour des informations en directe sur le parcours du « Spirit of Humanity » : http://www.freegaza.org/live

 


30 juin 17 h :
Israël attaque le bateau, kidnappe les défenseurs des droits de l'homme, et confisque médicaments, jouets et oliviers

Écrit par Free Gaza Team
[23 miles nautiques de la côte de Gaza, 15h30] -

Aujourd'hui les forces israéliennes d'occupation ont attaqué et sont montés à bord du bateau du Free Gaza Movement, le SPIRIT OF HUMANITY, et ont kidnappé 21 travailleurs des droits humains de 11 pays, parmi lesquels, Mairead Maguire, Prix Nobel de la paix et Cynthia McKinney,l'ancienne membre du Congrès américain (voir ci-dessous pour une liste complète des passagers). Les passagers et l'équipage sont emmenés de force vers Israël.

"C'est une violation scandaleuse de la loi internationale contre nous. Notre bateau n'était pas dans les eaux israéliennes et nous étions en mission pour les droits humains vers la Bande de Gaza" a dit Cynthia McKinney,une ancienne membre du Congrès américain. "Le président Obama a dit récemment à Israël de laisser entrer les aides humanitaires et à la reconstruction et c'est exactement ce que nous avons essayé de faire.Nous demandons à la communauté internationale d'exiger notre libération pour que nous puissions reprendre notre traversée."

D'après un rapport du Comité International de la Croix-Rouge publié hier, les palestiniens vivant à Gaza sont "bloqués dans le désespoir". Des milliers de gazaouis, dont les maisons furent détruites lors du massacre israélien de décembre/janvier, sont toujours sans abris malgré les promesses d'aide de 4,5 milliards de dollars car Israël refuse toujours de permettre l'entrée de ciment et d'autres matériaux de construction dans la Bande de Gaza. Le rapport dit aussi que les hôpitaux luttent pour subvenir aux besoins de leurs patients à cause des perturbations de l'aide médicale par Israël.

"L'aide que nous transportions est un symbole d'espoir pour les gens de Gaza,l'espoir que la voie maritime s'ouvrira pour eux et de pouvoir transporter leurs propres matériaux pour commencer la reconstruction des écoles, des hôpitaux et des milliers de maisons détruites pendant la tuerie d' "Opération Plomb Durci". Notre mission est un geste vers les gazaouis pour leur dire que nous sommes à leurs côtés et qu'ils nesont pas tous seuls," a dit Mairead Maguire, passagère du Spirit of Humanity, Prix Nobel de la Paix pour son travail en Irlande du Nord.

Juste avant d'être kidnappée par Israël, Huwaida Arraf, présidente du Free Gaza Movement et coordinatrice de la délégation pour cette traversée, a déclaré que"Personne ne peut raisonnablement croire que notre petit bateau constitue une menace pour Israël. Nous transportons de l'aide médicale ainsi que pour la reconstruction et des jouets pour les enfants. Parmi nos passagers, se trouvent une Prix Nobel de la Paix, et une ancienne membre du Congrès américain. Notre bateau a été fouillé et a reçu un certificat de sécurité par les Autorités Portuaires Chypriotes avant le départ et à aucun moment nous n'avons approché les eaux israéliennes".

Huwaida Arraf a continué, "L'attaque délibérée et préméditée d'Israël contre notre bateau non-armé est en claire violation de la loi internationale et nous demandons notre libération immédiate et inconditionnelle".

*      *      *      *      *      *

CE QUE VOUS POUVEZ FAIRE!

CONTACTEZ le Ministère israélien de la Justice
tel: +972 2646 6666 ou +972 2646 6340
fax: +972 2646 6357

CONTACTEZ le Ministère israélien des Affaires Étrangères
tel: +972 2530 3111
fax: +972 2530 3367

CONTACTEZ Mark Regev aux bureaux du Premier Ministre:
tel: +972 5 0620 3264 or +972 2670 5354
mark.regev@it.pmo.gov.il

CONTACTEZ le comité internationale de la Croix-Rouge pour demander leuraide pour assurer la bien-être des travailleurs des droits humains andde l'aider pour obtenir leur liberté.

La Croix-Rouge israélienne
tel: +972 3524 5286
fax: +972 3527 0370
tel_aviv.tel@icrc.org

La Croix-Rouge suisse
tel: +41 22 730 3443
fax: +41 22 734 8280

La Croix-Rouge des États-Unis
tel: +1 212 599 6021
fax: +1 212 599 6009

La Croix-Rouge française
tel: +33 (0)1 44 43 11 00
fax: +33 (0)1 44 43 11 01


Parmi les passagers kidnappés du Spirit of Humanity se trouvent:
Khalad Abdelkader, Bahreïn
Khalad est ingénieur et représente la Islamic Charitable Association de Bahreïn.

Othman Abufalah, Jordanie
Othman est un journaliste renommé d'Al Jazeera TV.

Khaled Al-Shenoo, Bahreïn
Khaled est professeur à l'Université de Bahreïn.

Fatima Al-Attawi, Bahreïn
Fatima est une travailleuse humanitaire et militante communautaire.

Juhaina Alqaed, Bahreïn
Juhaina est journaliste et militante des droits humains.

Huwaida Arraf, USA
Huwaida est Présidente du Free Gaza Movement et coordinatrice de la délégation pour ce voyage.

Ishmahil Blagrove, Royaume Uni
Ishmahil,né en Jamaique, est journaliste et réalisateur de documentaires. Il acrée la boîte de production, Rice & Peas. Ses documentaires seconcentrent sur les luttes internationales pour la justice sociale.

Kaltham Ghloom, Bahreïn
Kaltham est militante communautaire.

Derek Graham, Irlande
Derek est électricien, organisateur du Free Gaza Movement et second à bord du Spirit of Humanity.

Alex Harrison, Royaume Uni
Alexest une militante de la solidarité en Grande-Bretagne. Elle voyage àGaza pour un travail, à long terme, de suivi de la situation en matièredes droits humains.

Denis Healey, Royaume Uni
Denis est le Capitaine du Spirit of Humanity. Ceci est son cinquième voyage à Gaza.

Fathi Jaouadi, Royaume Uni/Tunisie
Fathi est un journaliste britannique, organisateur du Free Gaza Movement et coordinateur de ce voyage.

Mairead Maguire, Irlande
Mairead, Prix Nobel de la paix, est une militante pacifiste connue.

Lubna Masarwa, Palestine/Israël
Lubna est une activiste palestinienne des droits humains et organisatrice du Free Gaza Movement.

Theresa McDermott, Écosse
Theresaest militante de la solidarité. Elle voyage à Gaza pour un travail, surle long terme, de suivi de la situation en matière des droits humains.

Cynthia McKinney, USA
CynthiaMcKinney est une avocate acharnée des droits humains et de la justicesociale, ainsi qu'une ancienne membre du Congrès américain et candidateprésidentielle.

Adnan Mormesh, Royaume Uni
Adnan est unmilitant de la solidarité. Il voyage à Gaza pour un travail, sur lelong terme, de suivi de la situation en matière des droits humains.

Adam Qvist, Denmark
Adam est un militant de la solidarité. Il voyage à Gaza pour un travail de suivi de la situation en matière des droits humains.

Adam Shapiro, USA
Adam est réalisateur de documentaires et militant des droits humains.

Kathy Sheetz, USA
Kathy est infirmière et réalisatrice. Elle voyage à Gaza pour un travail de suivi de la situation en matière des droits humains.

1er juillet, 17h, à Chypre
Dernières nouvelles des passagers kidnappés, le bateau saisi et le droit DE CHACUN de voir un avocat.


(Larnaca, le 1 juillet 2009)
 Hier, la marine israélienne est montée à bord du SPIRIT OF HUMANITY, un bateau du Free Gaza Movement, et a kidnappé 21 militants des droits humains et des travailleurs humanitaires en route pour Gaza. Jusqu'à maintenant, aucun d'entre eux n'a eu le droit de voir un avocat, alors qu'ils se sont rendus au centre de détention pour les voir.

Le Free Gaza Movement exige leur libération, ainsi que la libération de notre bateau, saisi dans les eaux internationales près de la côte de Gaza, comme démontre notre SPOT locator (système de repérage).

Mais plus important encore, 21 Internationaux peuvent faire les gros titres de la presse alors que 11 000 palestiniens sont oubliés dans les prisons, où beaucoup d'entre eux sont torturés. Nous vous tiendrons au courant de la situation de nos passagers kidnappés, mais qui le fera pour les palestiniens et leurs bateaux?

Nous allons insister pour qu'Israël arrête d'interférer avec nos traversées pour Gaza, puisqu'ils n'ont pas le droit légal ou moral d'imposer un siège qui punit collectivement 1,5 million de palestiniens.

Nous exigeons que nos passagers remontent à bord et continuent leur route vers le port de Gaza, pour que nous puissions livrer les matériaux de construction et l'aide humanitaire que nous avons chargé et qui ont été inspectés par les autorités chypriotes.
 
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

3 juillet :  Un expert de l'ONU  dénonce la saisie du bateau humanitaire par les forces israéliennes

GENÈVE - Richard Falk, le Rapporteur Spécial de l'ONU sur la situation des droits humains dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, dénonce la saisie illégale, en haute mer, par un navire de guerre israélien d'un bateau transportant des médicaments et des matériaux de reconstruction pour les gazaouis qui subissent le blocus.

"Cet acte israélien est un instrument du cruel blocus sur toute la population palestinienne de Gaza, en violation de l'Article 33 de la Quatrième Convention de Genève qui interdit toute forme de punition collective sur une population d'un pays occupé" a dit l'expert en droits humains.

Mr Falk a fait référence à un récent rapport sur l'impact des deux années de blocus sur la santé, rapport publié par le Comité International de la Croix-Rouge qui souligne l'importance des actes d'Israël, non seulement la restriction des produits vitaux comme la nourriture, les médicaments et le fioul à un niveau tout juste suffisant pour survivre, mais aussi ce qui n'a jamais été vu auparavant, l'interdiction de l'entrée à Gaza de matériaux de construction et de pièces détachées nécessaires pour réparer certains dégâts très répandus et causés par son attaque sur la Bande de Gaza, attaque qui a commencé le 27 décembre 2008 et qui a duré 22 jours.

"Un tel modèle de blocus continuel dans ces conditions équivaut à une telle violation sérieuse de la Convention de Genève que ça constitue un crime continue contre l'humanité" a ajouté l'expert indépendant en droits humains.

Le bateau en question avait été inspecté en réponse aux demandes israéliennes avant son départ par les autorités portuaires à Chypre pour déterminer s'il y avait des armes à bord. Aucune n'avait été trouvée et les autorités israéliennes en avait été informée.

Néanmoins, les 21 activistes pour la paix qui étaient à bord ont été arrêtés, gardés en captivité et ont été inculpés "d'entrée illégale" en Israël même s'ils n'avaient pas l'intention d'aller en Israël. Dans le groupe se trouvait despersonnalités connues comme l'irlandaise Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix, et l'ancienne membre du Congrès américain, Cynthia McKinney.


Sur  >>  freegaza.org  << le message audio, envoyé de sa prison en Israël, par Cynthia Mc Kinney.


Samedi, 04 Juillet
Entretien avec un passager kidnappé, Adie Mormech, depuis sa cellule dans la prison Givon à Ramle, Israël

Adie Mormech, un des 21 militants des droits humains et membres d'équipage fait prisonnier le mardi 30 juin quand leur bateau a été arraisonné de force par la marine israélienne, a parlé grâce à son téléphone portable depuis sa cellule de la prison Givon à Ramle, Israël.

Parmi les autres prisonniers du bateau du Free Gaza Movement, le Spirit of Humanity, se trouvent Mairead Maguire, Prix Nobel de la Paix et l'ancienne membre du Congrès américain, Cynthia McKinney. Dans un message du 2 juillet, McKinney a condamné Israël pour son acte "illégal" de "brouillage de notre système de navigation" et de saisie du bateau et de sa cargaison d'aide médicale, de jouets pour les enfants et d'oliviers.

McKinney a aussi dit: "Le département d'État et la Maison Blanche n'ont pas accompli notre libération ni n'ont condamné publiquement et fortement les actes illégaux de la marine israélienne qui applique un blocus sur l'assistance humanitaire aux palestiniens de Gaza, un blocus qui a été condamné par le président Obama".

La campagne Free Gaza a réussi à atteindre Gaza par la mer en plusieurs occasions en 2008, transportant de l'aide humanitaire, du personnel médical, des journalistes et des militants des droits humains. Cependant, les dernières tentatives ont subi l'agression de la marine israélienne. Un bateau, le Dignity, a dû trouver refuge au Liban pour y être réparé après avoir été éperonné trois fois par un navire de guerre israélien.
Dans un court entretien avec Andy Bowman du journal de Manchester Mule (http://www.themule.info), Mr Mormech a raconté les faits suivants:
Comment êtes-vous traité?
C'est pas terrible, mais les conditions sont pas trop mauvaises pour moi, je n'ai pas été battu, ils sont un peu méchants parfois et quand ils sont montés à bord nos visages ont été choqués contre le sol. Ce n'était pas bien pour les femmes les plus âgées comme Mairead.
Les quatre autres citoyens du Royaune-Uni sont dans la même cellule que moi. Nous somme 14 dans une cellule de 7 mètres sur 7 en comptant les toilettes et la douche, donc bondée. Il fait très chaud et il y a seulement une toute petite fenêtre. On nous réveille à 6 heures du matin pour une inspection et nous devons nous tenir au garde-à-vous, puis ils recommencent à 9h du matin et nous avons seulement le droit de sortir des cellules quelques heures par jour. Ils n'arrêtent pas de nous donner des formulaires à signer mais ils sont tous en hébreu donc nous ne les signons pas. Même si je suis capable de le supporter, d'autres personnes sont moins à l'aise que moi dans cette situation. Si nous devons être ici pour longtemps, comme d'autres personnes le sont, alors ça deviendra dur.

Avez-vous déjà vu un avocat?
Nous avons vu un avocat et en ce moment nous discutons de ce que nous devons faire par rapport à notre déportation. Ils ont pris nos effets personnels, ordinateurs portables, appareils photos, téléphones et beaucoup d'autres objets de valeur et nous voulons savoir où tout ceci se trouve. Ils veulent manifestement nous déporter aussi vite que possible mais certains d'entre nous pensent contester la déportation. Premièrement, sur le fait que si nous sommes déportés nous ne pourrons pas aller en Cisjordanie occupée ni en Israël pour 10 ans mais aussi parce que nous n'avions pas l'intention de venir en Israël, nous voulions aller à Gaza et nous sommes passés directement des eaux internationales dans les eaux palestiniennes. Il n'y a rien de légal dans ce qu'Israël nous a fait, nous attraper comme ça. Nous considérons contester la déportation sur les bases que nous ne devrions pas accepter et légitimer ce blocus barbare et militaire de Gaza.

Si vous contestez la déportation, pourriez-vous rester en prison plus longtemps?
Oui, nous pourrions. Il y a des personnes qui doivent rentrer chez eux, mais d'autres vont contester. Et pour ceux-là, ce sera quelques semaines de plus en prison, c'est ce à quoi nous nous attendons.

Et vous?
Je penche du coté de la contester sur la base que c'est une tache sur mon nom d'accepter que je n'aurais pas du être là, mais en fait j'ai tous les droits d'aller à Gaza comme tout le monde. C'est l'argument de toutes ces traversées et c'est le principe auquel nous voulons être fidèles.

Vous ont-ils dit ce qui s'était passé avec la cargaison du bateau?
Non, nous ne savons pas ce qu'ils font avec. On nous a raconté beaucoup de mensonges déjà, sur où nous allions et sur ce qui allait nous arriver, donc nous ne savons pas. Ils sont déjà prêts à priver les gazaouis de beaucoup d'aide, de toutes manières.

Quel est votre message pour les personnes aux Royaume-Uni?
Il ne s'agit pas de nous dans les cellules. Le sujet, c'est le dénigrement des droits humains aux palestiniens et en particulier le blocus inhumain de la Bande de Gaza. Les gens ne doivent pas oublier ce qui se passe à Gaza. En ce moment, on leur interdit l'accès à la nourriture et aux fournitures médicales. Après le carnage de janvier, où 1500 personnes ont été tuées, nous n'oublierons pas et nous continuerons à venir et à nous battre pour les droits humains des palestiniens.



BBBB









10/06/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 121 autres membres