Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Campagne novembre 2009 : "Territoires palestiniens, non à l'enfermement".

Extrait du tract de la Plateforme des ONG  françaises pour la Palestine, pour la campagne de Novembre 2009  : 
"Territoires palestiniens,  non à l'enfermement".
>>  télécharger  le tract entier <<



Bande de Gaza : rien ne rentre, rien ne sort

« Ce blocus est une punition collective pour la population de la bande de Gaza toute entière ».
Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires - Nations unies - Août 2009


Historique :
Le cloisonnement de la bande de Gaza remonte en fait à mars 1993.
Il n'a fait que s'empirer depuis, particulièrement durant la seconde Intifada, pour devenir depuis juin 2007 un blocus complet, le gouvernement israélien déclarant la bande de Gaza « entité hostile », suite à la prise du pouvoir par le Hamas.
Définition : Ce blocus, dans la mesure où il punit l'ensemble des habitants de la bande de Gaza pour des crimes qu'ils n'ont pas commis personnellement, constitue une « punition collective » proscrite par le droit international.
Ce blocus signifie :
- la fermeture des passages vers l'Egypte et Israël, à l'exception d'ouvertures intermittentes ou pour des cas « humanitaires »
- l'arrêt de toutes les exportations
- une réduction de 80% des importations
- une réduction de la zone de pêche de 50%.

Rien ne rentre, rien ne sort :
Sur 4 000 produits autorisés par Israël avant juin 2007, seuls 30 à 40 sont tolérés, et ne concernent que la nourriture, les médicaments et les produits nettoyants. Les matériaux agricoles, industriels et de construction sont soit très limités ou interdits. Israël interdit aussi l'entrée d'argent liquide. La plupart de ces produits sont toutefois disponibles sur les marchés de la bande de Gaza par les tunnels depuis l'Egypte, qui certes constituent une planche de salut pour la population mais ne sont pas une solution à long terme. Enfin aucune exportation n'est possible.

Ce blocus a comme conséquences :
La destruction de l'activité économique, qui fait face à une absence totale de débouché. 1,1 million de la population (sur 1,5 million) dépend maintenant de l'aide alimentaire internationale. La crise énergétique se prolonge en raison de l'absence de fuel et de pièces de rechanges. Tous les jours, l'électricité est coupée de 4 à 8 heures. Les infrastructures d'eau potable et sanitaires souffrent aussi de l'absence de matériel de maintenance, 80 millions de litres d'eau usées sont ainsi déversées quotidiennement dans la nature. Le système de santé doit faire face après l'attaque israélienne à une grande affluence sans avoir les moyens en matériel, équipement et médicaments pour y faire face.
Quant au système éducatif, sans livres scolaires, avec des classes surchargées, sans accès à l'extérieur, il est aussi dans une situation grave.



27/09/2009

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 128 autres membres