Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Témoignages et enquêtes après l'assaut israélien (3 juin , 9 h)

Le Secrétaire Général de l'ONU demande la levée immédiate du blocus de Gaza...

 

La Commission des Droits de l"Homme de l'ONU a la même exigence et a décidé de lancer une enquête internationale sur l'assaut sanglant des bateaux pour Gaza...

Les 32 pays qui ont voté pour sont : l'Angola, l'Argentine, le Bahreïn, le Bangladesh, la Bolivie, la Bosnie Herzégovine, le Brésil, la Chili, la Chine, Cuba, Djibouti, l'Egypte, le Gabon, le Ghana, l'Inde, l'Indonésie, la Jordanie, le Kirghizstan, Maurice, le Mexique, le Nicaragua, le Nigeria, la Norvège, le Pakistan, les Philippines, le Qatar, la Fédération de Russie, l'Arabie Saoudite, le Sénégal, la Slovénie, l'Afrique du Sud et l'Uruguay.

 

Se sont abstenus :  Belgique, Burkina Faso, France, Hongrie, Japon, République de Corée, Ukraine et Royaume -Uni 

Ont voté contre : Italie, Pays-Bas, USA (qui veulent une "enquête impartiale", confiée à .... Israël !)

voir  >> Centre d'actualités de l'ONU <<

 

 

A Marseille, une plainte a été  déposée par  l'avocate d'un participant de la Flottille de la Liberté, et membre du Comité de Bienfaisance et de Secours pour les Palestiniens : pour acte de piraterie, séquestration de personnes, etc.... L'avocate explique qu'elle est déterminée à faire en sorte que la Justice mène l'enquête, et pour qu'ainsi,  le souhait exprimé par N. Sarkozy pour "une enquête indépendante"  devienne réalité....

 

Free Gaza raconte des «tirs sans sommation» de «pirates en haute mer»

 

Les témoignages des passagers de la flottille pour Gaza se multiplient, deux jours après le raid sanglant des commandos israéliens contre le navire amiral, le Navi Marmara.


Voir aussi  :   une journaliste australienne agressée et empêchée de faire son travail


L'écrivain suédois Henning Mankell, auteur des polars «Wallander»

Photo Reuters/Adam Ihse/Scanpix

«Nous nous attendions à rencontrer des problèmes en atteignant les limites (des eaux territoriales israéliennes), mais nous nous étions trompés», a expliqué l'homme de 62 ans, rappelant que l'attaque s'était produite «bien avant la limite, dans les eaux internationales».
«Ils n'ont pas hésité à attaquer en utilisant une force létale», a-t-il dénoncé en rejetant aussi les affirmations d'Israël selon lesquelles des armes ont été retrouvées à bord des bateaux de la flottille. «Sur le bateau à bord duquel je me trouvais, ils ont découvert une seule arme: mon rasoir. Et ils l'ont effectivement arboré, mon rasoir. C'est dire à quel niveau on était», a déclaré Henning Mankell.
Il considère que les militants ont été «enlevés» par les autorités israéliennes. «Aucun d'entre nous n'avait eu l'intention d'aller en Israël», a-t-il assuré, en trouvant ironique que les autorités israéliennes aient accusé les activistes d'être entrés illégalement dans le pays.


Des militants koweïtiens

Photo Reuters/Muhammad Hamed

Dix-huit Koweïtiens, détenus par Israël après son raid meurtrier contre la flottille pour Gaza, ont affirmé mercredi à leur retour à Koweït que les soldats israéliens avaient «tiré sans sommation» sur les militants à bord des bateaux.
«Les commandos israéliens ont commencé à tirer sans sommation. Ils ont tué plusieurs volontaires avant même de débarquer sur le bateau», a raconté aux journalistes l'avocat Moubarak al-Moutawa, qui se trouvait à bord du bateau turc Mavi Marmara, où les neuf personnes
«Je vous assure qu'aucun des volontaires n'avait d'arme à feu. Nous n'avions d'autres armes que des ustensiles de cuisine et les volontaires n'ont engagé aucune résistance», a-t-il ajouté.
Walid Tabtabai, qui était sur le même bateau, a affirmé qu'au moins deux militants avaient été tués par les tirs israéliens depuis leurs embarcations et un hélicoptère. «Les soldats israéliens ont débarqué sur le bateau après avoir fait des morts. Les gens ont ensuite résisté à mains nues pour se défendre. C'est un crime perpétré par des pirates en haute mer», a-t-il encore dit.
Un jeune militant, Ali Bouhamd, a assuré pour sa part avoir vu «un soldat israélien tirer et tuer un Turc blessé à la tête», ajoutant que «des soldats ont laissé un autre blessé turc se vider de son sang jusqu'à la mort, malgré les appels à l'aide».


Le député marocain Abdelqader Amara

«Ce qui s'est passé est incroyable. La façon avec laquelle les soldats israéliens criminels nous ont frappés et ont tué des militants turcs de sang froid ressemblait à un film d'horreur. Ils auraient pu les arrêter», a affirmé à l'AFP le député marocain Abdelqader Amara, de son hôtel à Amman.
Le député se trouvait à bord du Mavi Marmara lundi. «Les Israéliens ont utilisé des balles réelles et nous ont montré toute la cruauté et la barbarie du monde, bien que nous autres étions tous sans armes. Les Israéliens ont frappé certains passagers avec la crosse de leurs fusils avant de les tuer par balles», a-t-il encore accusé. «Ils ne nous ont pas prévenus avant d'attaquer le bateau. C'était un cauchemar.»
Deux autres militantes algériennes, qui étaient à bord du bateau turc, ont accusé les commandos de brutalités. «Nous avons été battus, humiliés, insultés et dévêtus. Un député algérien a failli perdre ses yeux», a dit Salha Nuweisreyh. Najwa Sultan, 48 ans, a accusé Israël «d'avoir traité les militants comme s'ils étaient des terroristes. Ils nous ont menottés après le raid et nous ont fait attendre sous le soleil pendant plusieurs heures».
(Source AFP)



03/06/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 112 autres membres