Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Intensification de la colonisation : pour appliquer le droit, des actes et non des paroles

Intensification de la colonisation : pour appliquer le droit, des actes et non des paroles

AFPS, le vendredi 30 septembre 2011
 
 

Le gouvernement extrémiste israélien vient de donner son approbation pour la construction de 1100 nouveaux logements dans les colonies israéliennes illégales de Jérusalem-Est. C’est la réponse donnée par Israël (corrigé car répétition) au Quartet qui demandait la poursuite des négociations israélo-palestinienne au lendemain de la demande palestinienne de l’adhésion de la Palestine à l’ONU. La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a "regretté" cette décision, un haut responsable de l’ONU l’a sévèrement critiquée, les Etats-Unis ont également réagi en expliquant qu’ils étaient "profondément déçus" par cette annonce et la France condamne l’approbation par les autorités israéliennes de la construction de ces logements.

Ils regrettent, ils sont déçus voire profondément déçus, préoccupés, ont de la peine et ils parlent même de provocation israélienne. Mais à aucun moment ils n’agissent pour faire respecter le droit. Ils ont pourtant les moyens pour le faire. Les dirigeants israéliens ont compris que lorsqu’ils bafouent le droit et défient la communauté internationale, chose qui arrive très fréquemment, ils ne risquent strictement rien. Israël bénéficie d’une totale impunité et il ne se prive pas d’utiliser abondamment ce privilège.

Déjà en février 2011, Israël avait bénéficié du veto américain qui lui a évité d’être condamné pour poursuite illégale de la colonisation. Pourtant, l’arrêt de la colonisation est unanimement réclamé par l’ensemble de la communauté internationale, Etats-Unis compris. "Les colonies israéliennes dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967 sont illégales au regard du droit internationale et constituent un obstacle majeur à la réussite d’une paix juste et durable" rappelait, à juste titre, le projet de résolution avorté par le veto américain.

Tant qu’il n y aura pas de pressions sur Israël pour le forcer à respecter la légalité internationale, Netanyahou continuera de dire : "Je ne pense pas qu’il y ait quelque chose de nouveau. Nous planifions à Jérusalem, nous construisons à Jérusalem, un point c’est tout. » et continuera à répondre par 1100 "non" aux demandes de la communauté internationale. Israël continuera également à développer contre les palestiniens des mesures punitives telles que :

-  l’enlèvement et emprisonnement du député palestinien Ahmed Attoun qui était réfugié au local de la Croix-Rouge à Jérusalem
-  les attaques contre la Mosquée d’Al Aqsa et contre les palestiniens qui y vont pour prier
-  l’intensification des "fouilles archéologiques" dans les quartiers arabes de la vielle ville et de Silwan. Ces fouilles annoncent généralement d’avantages de confiscations et de démolitions de maisons palestiniennes.
-  la confiscation par l’armée israélienne d’une dizaine de commerces palestiniens et d’une trentaine de dunums (environ 3 hectares) ainsi que l’expulsion d’une dizaine de familles bédouines pour agrandir le checkpoint aux portes du camp de réfugiés de Shuâfat. Ce barrage va compliquer d’avantage la liberté de circulation de quelques 40.000 palestiniens de Jérusalem qui résident dans le camp et dans les quartiers avoisinants
-  et l’entraînement de colons ainsi qu’une assistance pour attaquer gratuitement les Palestiniens et leurs biens

Or, et contre toute attente, les pressions sont exercées sur la partie palestinienne parce qu’elle a osé demander l’adhésion de la Palestine à l’ONU. En effet, de hauts responsables au siège des Nations Unies ont affirmé que l’Union européenne a fait clairement savoir aux Palestiniens que leur démarche unilatérale à l’ONU aura de graves répercussions sur leurs relations avec l’UE. Il leur a notamment été signifié que des démarches unilatérales risquent de remettre en cause l’aide européenne à l’Autorité palestinienne. Ce sont ce genre de messages qui permettent à Israël de se moquer du doit. Voila les européens qui adoptent le langage américano-israélien : une demande adressée à la communauté internationale serait un acte unilatéral et la poursuite de la colonisation en toute illégalité ne le serait pas.

Il est temps que la France agisse pour faire respecter le droit. Elle ne peut pas chercher une respectabilité internationale et continuer cette politique de deux poids deux mesures. Elle ne peut pas se cacher éternellement derrière l’exigence d’une unanimité européenne. Dans le cas contraire, les déclarations comme celle du porte-parole du ministère des Affaires étrangères qui affirmait que "la colonisation, tant en Cisjordanie qu’à Jérusalem-Est, est illégale au regard du droit international, sape la confiance entre les parties et constitue une menace sérieuse pour la solution des deux Etats" resteront lettre morte.

Face à ces violations constantes du droit l’impunité d’Israël doit cesser et l’Union européenne a pour devoir de demander des sanctions contre l’Etat israélien – notamment la suspension des accords d’associations UE-Israël – ainsi que de reconnaître l’Etat palestinien sur les frontières de 67 avec Jérusalem-Est comme capitale et de soutenir son admission à l’ONU comme Etat membre de plein droit.



02/10/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres