Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Gaza , réalités du blocus : un débat à Grenoble avec l'étudiant Ayman Talal Quader et le journaliste Karim Lebhour.

 

" Comment vit-on  à Gaza ? "  "Quel avenir pour Gaza ?" .

La salle Pablo Picasso d'Echirolles( agglomération de Grenoble) avait fait le plein, vendredi 25 juin,  pour une  rencontre rare et passionnante avec 2 témoins directs :  le journaliste  indépendant Karim Lebhour et un étudiant de Gaza, Ayman Talal E. Quader.


 

 

Bien au delà des idées toutes faites et des discours convenus, la centaine de personnes présentes  a découvert le quotidien de précarité et d'enfermement que vivent les habitants de Gaza, depuis des années. Car Karim Lebhour l'a rappelé le blocus , l'isolement de la bande de Gaza a commencé bien avant l'arrivée au pouvoir du Hamas. "Israël a bouclé à double tour Gaza, et a jeté les clés dans la mer."

Ce journaliste grenoblois d'origine, correspondant en Israël-Palestine pour Radio France Internationale et le journal La Croix,  a livré plusieurs anecdotes vécues, cocasses ou tristes,  montrant l'absurdité  et l'inhumanité du blocus imposé par Israël. (1)

 




Ayman est  l'un des très rares   jeunes de Gaza qui est parvenu à  poursuivre ses études à l'étranger.  Il a raconté l'énergie qu'il lui a fallu pour surmonter les multiples obstacles  mis par Israël, avant de réussir rejoindre l'université espagnole qui l'attendait. Le sujet des études d'Ayman ? le développement social et l'éducation à la paix....

Ayman Talal Quader  a parlé aussi de cette filllette de Gaza, devenue aveugle à la suite des bombardements durant l'offensive israélienne de janvier 2009 "Plomb durci". Par sa simple volonté de vivre, elle illustre la résistance ordinaire, pacifique et quotidienne des palestiniens, face à l'occupation.


Impossible ici de relater les nombreuses questions-réponses (2).  Quelle est la politique du  Hamas ?  Pourquoi la division entre factions palestiniennes ? Comment travaillent les journalistes ? Que font nos gouvernements ? Israël va-t- il réellement cesser le blocus ?  La non-violence palestinienne , et les actions citoyennes internationales comme la Flottille de la Liberté, comme la campagne BDS / Boycott-Désinvestissement-Sanctions,  sont-elles l'avenir pour parvenir à une paix réelle, fondée sur la justice ? Comment les Isérois peuvent-ils aider à des projets d'aide au développement à Gaza ?     etc...
En effet, les échanges se sont poursuivis bien après la fin officielle du débat.


Les organisateurs, l'Association France Palestine Solidarité / Isère,  Echirolles Palestine Solidarité, l'Union Juive Française pour la Paix, soutenus par le Collectif Isérois pour la Palestine et l'Association des Palestiniens en France,  sont bien décidés à continuer à faire connaître ces voix de la "base", la parole de ces gens ordinaires qui,  par delà les murs et les blocus, montrent que la paix  est possible, qu'il n' y a aucune fatalité au conflit. Car  la solution existe, c'est la reconnaissance des droits des libertés des palestiniens, qui permettra aussi aux israéliens de vivre en paix.

 

______________________

 


(1) Karim Lebhour vient de publier un livre d'anecdotes, des choses  vues et vécues, préfacé par  Stéphane Hessel : " Jours tranquilles à Gaza" , 15 euros, Riveneuve Editions.

Plus d'infos sur le livre de Karim Lebhour, et sur Ayman Talal E.Quader  >> ici <<

 

 

(2)

-   Leila Sahid, déléguée de la Palestine auprès de l'Union Européenne, dans un entretien récent, exprime  ce  qui s'est dit pendant  ce débat à Echirolles.

" ..... Il ne faut pas se laisser prendre aux subterfuges d’Israël, comme l’annonce d’un «  allégement  » du blocus. La presse se focalise sur la liste des produits autorisés, mais le problème n’est pas là. Le problème, c’est l’économie de Gaza qui doit redémarrer. Pour cela, il faut que Gaza soit ouverte sur la Cisjordanie....."  >>  voir sur notre site national, france-palestine.org  <<

 

 

-   Les habitants de Gaza demandent bien autre chose qu'un "assouplissement" de pure forme du blocus.
Ils demandent  autre chose que la possibilité d'importer dans Gaza de la confiture de fraise israélienne ou de la limonade.

Ils veulent notamment  pouvoir faire entrer des matériaux de construction, afin de pouvoir rebâtir les habitations détruites durant  l'attaque israélienne "Plomb durci".


Ils veulent pouvoir accéder à leur zone de pêche, une ressource vitale, alors que la marine israélienne tire systématiquement sur les pêcheurs qui   ont le malheur de franchilrla zone des  5kms au large, où les fonds ont été complètement ratissés et vidés de poissons. ( une limite qui, est-il besoin de le rappeler est imposée unilatéralement par Israël, au mépris du droit et des accords de paix...)


Ils veulent pouvoir accéder aux champs dans la "zone tampon"  décrétée et interdite d'accès par Israël. Ils veulent  pouvoir y cultiver leurs champs sans se faire tirer dessus par l'armée israélienne.  ( voir  >>   A Gaza, la récolte de blé se heurte aux tirs israéliens


Ils veulent que le système sanitaire, gravement affaibli, puisse fronctionner normalement ( voir la Croix Rouge >> "le blocus de Gaza, pas une année de plus !


Ils veulent que cesse cet enfermement, pouvoir rencontrer leurs familles et amis, en Cisjordanie, en Egypte et ailleurs.


Ils veulent pouvoir poursuivre leurs études à l'étranger. Malgré des difficultés innombrables, 600 étudiants de Gaza ont obtenu un visa, et des bourses de pays étrangers , dont nombre de pays occidentaux. Pourtant, Israël  empêche ces étudiants de rejoindre leurs universités...

 

-   Durant le débat, on a parlé aussi d'une certaine tendance à vouloir imposer un rigorisme islamique à Gaza. On s'est accordé sur ce constat : la société palestinienne, bien au delà des préoccupations religieuses, ou des divisions poilitiques, est très diverse, et unie dans la volonté d'obtenir sa liberté.

 

-   Les formes de la résistance palestinienne ont eté aussi évoquées.

Le 25 juin dernier, au Sénat, s'est déroulé un colloque sur la résistance populaire et non violente en Palestine.  Un mouvement qui s'étend, dans la bande de Gaza aussi.

Un document de 8 pages détaille la réalité de ce mouvement , qu'on peut lire ou télécharger sur >>  france-palestine.org



30/06/2010

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres