Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Association France Palestine Solidarité - Isère / Grenoble

Grenoble 18 février 2011: "L'Intruse" - Rencontre autour d'une BD sur la Palestine et Israël, avec la narratrice

A la librairie associative Antigone,

rencontre autour de la BD "L'Intruse",  avec sa narratrice , Roannie (une  amie drômoise,)

 

Organisé par ANTIGONE, avec le soutien de Association France-Palestine Solidarité 38.

vendredi 18 février, 20 heures. Prix libre. 

22, rue de Violettes, Grenoble.  Quartier "Eaux claires" .  Tram C, arrêts "Vallier-Catane" ou "Dr Calmette"

 

Militante pour la paix au Proche-Orient, Marie-Jo, alias Roannie, a passé 9 mois en Palestine et en Israël entre 2002 et 2005.  Et après ? Comprenant que son rôle d'internationale était, aussi, d'informer le monde des réalités quotidiennes des pouplations concernées, elle a accueilli avec intérêt la proposition d'Oko; scénariste et dessinateur : faire une bande-dessinée !

"L'Intruse" était née, trois tomes pour montrer que, dans tout cela, ce sont des êtres humains qui souffrent.

Elle nous parlera des Palestiniens occupés, colonisés, enfermés... mais aussi de la société israélienne complexe et déchirée. Elle nous présentera cet outil de lutte que peut être une modeste BD qui, alliant l'image et l'écrit, s'adresse aussi aux moins   moins informés, aux moins convaincus.

 

"Antigone, c'est une association d'agitation artistique en milieu populaire, c’est un café autogéré, trait d’union entre la culture et le politique. Agiter les esprits et les individus autour des pratiques artistiques et culturelles, utiliser les multiples outils permettant l'expression et la création, être un élément de contacts, d'ouverture sur la diversité du monde contemporain ainsi qu'un lieu d'échange et de débat politique, voilà quelques uns de nos desseins.......  "

Tout savoir sur Antigone, les horaires d'ouverture,  les soirées et rencontresbibliothequeantigone.org

 

 

" L’Intruse ", de Roannie et Oko

Une bande dessinée sur la Palestine et Israël

 

Membre d’une association de solidarité pour la Palestine, je me retrouvais, un jour, dans les Territoires Occupés, en réponse à une sollicitation forte des Palestiniens, désireux que « le monde » sache ce qui se passe chez eux. Mais, ensuite ! Comment transmettre, autour de soi, les informations et constats recueillis sur place ? Les commentaires que nous entendons de toute part ont trop souvent tendance à installer systématiquement le terrorisme d’un côté et la victimisation de l’autre. Rééquilibrer les responsabilités est une tâche essentielle dans cette lutte pour la paix au Proche Orient.

Alors, après 9 mois passés en Palestine et Israël entre 2002 et 2005, la proposition d’un ami dessinateur de transformer mes récits en bandes dessinées m’est apparue intéressante. Utiliser un nouveau mode de communication, c’est élargir son audience, c’est pénétrer dans d’autres couches de la société… Faire une BD, c’est espérer un public plus jeune, moins averti peut-être, une approche plus visuelle et pour certains plus percutante…. Et c’est ainsi que, pendant 3 ans, la collaboration entre la militante pour la défense des Droits Humains et l’illustrateur professionnel s’est construite autour d’une même conviction : travailler pour un objectif de paix et de justice.

Le titre est déjà tout un programme : « L’Intruse ». Que dit le dictionnaire ? « Etranger, indiscret, gêneur, s’introduisant dans une société sans avoir qualité pour y être admis ». C’est tout à fait ce que vous ressentez lorsque vous arrivez aux frontières d’Israël, seul moyen d’atteindre la Palestine, et que vous n’êtes pas sûr de ne pas être renvoyé aussitôt vers votre douar d’origine.

 

 

 

 

 

 

Le tome I : « Palestine, La Découverte ». C’est la description du choc que représente le premier séjour : l’exotisme de l’Orient et l’enthousiasme d’être à Jérusalem, vite balayés par la prise de conscience de l’occupation et de la violence omniprésentes, de l’humiliation et de l’écrasement de tout un peuple.

 

 

 

 

 

 

 

Le tome II : « Les Palestiniens, peuple invisible ? ». Il pénètre plus profondément dans les différents drames de la vie quotidienne en Palestine : l’occupation militaire en tout lieu et à tout instant, la colonisation qui vole les terres, l’enfermement par les barrages de l’armée, les routes de contournement et maintenant le Mur….. L’Histoire du dernier siècle y est évoquée, permettant de mieux comprendre l’engrenage infernal régional et international dans lequel se trouve pris le peuple palestinien.

 

 

 

 

 

Le tome III : « Les Israéliens ». Dans un conflit, il y a 2 côtés et ne pas regarder en face ne facilite pas la progression vers la paix. Alors, je suis repartie, au printemps 2009, vers Israël exclusivement, pour mieux connaitre le pays. Et ce troisième tome parle des colons, des soldats, des religieux et des laïcs, des jeunes qui veulent vivre…. De l’Israélien moyen qui exprime ses peurs et, trop souvent, son absence d’espoir... Mais aussi des pacifistes acharnés qui luttent pour, qu’enfin, cette terre reconnaisse tous les siens. Il nous fait découvrir une société multiple, complexe et en souffrance.

 

 

 

 

Portée par un graphisme minutieux et fidèle, cette BD est l’expression de notre volonté de participer à la lutte pour la paix au Proche Orient. Notre souhait est que ces 3 volumes parviennent jusqu’aux moins convaincus et s’inscrivent ainsi, modestement, dans le combat pour que cesse ce conflit, vieux de plus d’un siècle.  

 

______________

 

 

"L’Intruse", une "internationale" en Palestine

Roannie et Oko, Editions Vertige Graphic, 15 € le volume (En vente dans toute librairie)  

 

SYNOPSIS Editions Vertige Graphic _______________________________________________________________________________________________

TOME 1 : Palestine, la Découverte

Que va donc trouver, en Palestine, Roannie, dont le cheminement fut si long avant qu’elle ne se décide à partir ? Plongée dans un monde nouveau, elle découvre petit à petit les réalités quotidiennes des Palestiniens.

A Jérusalem, l’émotion de découvrir une ville qui résonne en elle, du fait de sa culture chrétienne, masque dans un premier temps le contexte d’occupation du pays. Mais celui-ci vient envahir rapidement tout son champ de vision : déambulations de Naplouse à Balata, avec la visite de ce camp de réfugiés, vision de l’enfer réservé à la population locale à Gaza, découverte de Yanoun, petit village terrorisé par les colons israéliens ... ces 3 premières semaines en Palestine occupée se révèlent être une expérience inoubliable !

Elle assiste ainsi à l’humiliation quotidienne des habitants aux contrôles routiers, aux interdits permanents, aux expropriations et au grignotage inexorable des terres palestiniennes.

Roannie rentre à la maison, convaincue qu’elle reviendra pour participer à la lutte pour la justice et pour la paix.

TOME 2 : Les Palestiniens, peuple invisible ?

Même s’il est difficile d’y retourner et de se remettre en situation d’impuissance face à l’injustice, Roannie ne peut accepter de tourner la page, maintenant qu’elle « sait ».

Elle repart donc et va passer, en 3 ans, 9 mois en Cisjordanie, dans les villages palestiniens, recueillant tous les éléments pour brosser le tableau de l’écrasement de la population palestinienne et de l’expulsion programmée qui est en cours.

Qawawis, campement de bergers harcelés par les colons, Hares où l’armée vient arrêter un résistant palestinien à 3 h du matin, Dheisheh, camp de réfugiés près de Bethlehem… Elle évoque, à cette occasion, les origines du conflit et pointe sans ambiguïté les responsabilités écrasantes des grandes puissances, à la fin de la 1ere guerre mondiale, la France et surtout la Grande Bretagne qui, grâce à son mandat sur la Palestine, va tout faire pour donner corps au projet sioniste.

Le « Mur » est bien sûr présent et ses conséquences humaines, économiques et environnementales.

Elle évoque les femmes et leur double lutte, le conflit et la tradition, mais aussi les hommes sous la forme d’un récit de vie, saisi au hasard d’une rencontre dans un village palestinien.

Pour Roannie, informer c’est aussi exprimer l’empathie qu’elle ressent pour un peuple impressionnant de dignité et de détermination à rester sur sa terre d’origine, malgré la volonté de l’Occupant de l’en chasser.

TOME 3 : Les Israéliens.

Roannie a choisi son camp, mais il lui faut aller voir en face, entendre « l’Autre ». Elle sait que ce sera difficile. Elle décide de retourner au Proche Orient et de rester quelques semaines en Israël. Héléna, une française, d’origine juive, ayant fait son « alyah » et parlant hébreu, accepte de partir avec elle.

Elles découvrent une société complexe et déchirée  entre laïcs et religieux, entre religieux nationalistes et religieux antisionistes, entre colons et israéliens de l’Intérieur, entre ashkénazes, séfarades, juifs arabes, … et aussi les russophones et la minorité palestinienne discriminée, en lutte pour ses droits.

Elles rencontrent « l’Israélien moyen » qui exprime peurs et absence d’espoir en une paix possible, ne croyant qu’à la force mise en œuvre par son armée et ses gouvernements. Elles comprennent aussi la place symbolique de l’institution militaire, « Tsahal », en discutant avec les jeunes soldats, nombreux à affirmer « qu’on ne devient vraiment israélien qu’après avoir fait son service ». Mais elles ont aussi la chance de croiser les pacifistes israéliens. Minoritaires, marginalisés, incompris de leurs concitoyens et harcelés par les autorités, ils poursuivent le combat, en lien avec Palestiniens et Internationaux, pour que cesse la situation actuelle, inacceptable en termes de droits humains fondamentaux.



27/01/2011

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres